L’histoire de Caman

Origines

2007 à Sion en Suisse, Camille Cottagnoud est un chef-opérateur exigeant et créatif.

En tant que professionnel de l’image expérimenté, il se rend compte que les équipements existants sur le marché ne lui permettent pas d’exploiter au maximum les performances de son matériel et ne lui apportent pas un confort optimal.

De ce constat, il imagine un outil pour caméras qui répondrait au mieux à ces attentes, pour rendre le travail de chef-opérateur techniquement plus efficient et intuitif.

Évolution

Camille Cottagnoud Camille Cottagnoud commence donc par un point essentiel : l’ergonomie. Il crée et façonne des prototypes de poignée pour rendre le port de la caméra plus confortable, notamment sur les tournages en immersion où l’opérateur doit parfois tenir sa caméra pendant de longues heures.

D’une simple poignée, ses essais l’amènent à développer un système innovant, permettant de l’ajuster à la taille de main de son utilisateur, pour une bonne tenue, même avec des gants. De cette manière, il anticipe également le contrôle optimal d’une caméra grâce à des boutons parfaitement alignés aux doigts du caméraman.

Avec l’évolution des technologies, la poignée bénéficie des possibilités apportées par les imprimantes 3D pour voir sa silhouette s’affiner, jusqu’à épouser au mieux la forme de la main et offrir un confort inédit.

C’est en collaborant avec Sébastien Angot, ingénieur en informatique, que le système Caman commence réellement à voir le jour. Ensemble, ils développent un concept de poignée-télécommande totalement personnalisable pour que le caméraman, grâce à ses propres réglages, puisse filmer de manière plus instinctive en se concentrant uniquement sur l’image.

C’est donc une couche d’intelligence et d’ingéniosité qui s’ajoute ensuite à ce produit pour le transformer en une poignée de contrôle, à l’instar d’une télécommande, le confort et la personnalisation en plus. Pour la première fois, l’opérateur peut utiliser les cinq doigts de la main pour piloter sa caméra et atteindre, grâce à des combinaisons de touches, toutes les fonctions possibles.

Production

En 2018, les derniers prototypes de la poignée Caman sont testés et approuvés par plusieurs cameramen sur le terrain. L’équipe lance donc la production, artisanale, où tout est contrôlé à chaque étape du processus de fabrication pour garantir les meilleures performances.

En parallèle, Camille Cottagnoud travaille l’ergonomie entre la poignée et la caméra. Pour pallier le problème de raideurs dans le bras dus à une mauvaise position ou à une position fixe prolongée, il imagine un système de Rig dont on pourrait changer la position rapidement et facilement. Grâce à une pièce spécialement conçue, il finit par obtenir un Rig aux multiples configurations possibles, dont la position est ajustable d’un simple geste, sans avoir à dévisser ou débrayer les articulations.

Valeurs

Dès le départ en développant la poignée Caman, Camille Cottagnoud souhaite répondre à un maximum de contraintes rencontrées sur le terrain. Avec la volonté de proposer un produit irréprochable, il ne fait donc aucun compromis, sur aucun aspect. La société collabore avec des entreprises locales et installe son atelier près de Sion, dans la région du Valais, pour bénéficier du savoir-faire suisse, pays de l’horlogerie.

Il lui faudra près de 13 ans pour concrétiser son idée et signer un produit sans équivalent, adaptable à la taille de la main, résistant aux conditions climatiques, utilisable comme trépied… Un objet unique, sans doute le plus abouti et le plus complet en terme de poignée de commande pour caméra, qui a de quoi ravir les cameramen les plus exigeants.